Fais-le pour maman – François-Xavier Dillard

51oeKVkUAML__SX210_

Résumé…

Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa mère et sa sœur adolescente, Valérie. Leur mère arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, malgré ses deux emplois qui lui prennent tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille qui dégénère, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère accusant son petit garçon d’avoir blessé sa sœur. La mère prendra 5 ans de prison. Des années plus tard, et grâce à ses parents adoptifs, Sébastien mène une vie « normale », alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue après sa sortie de prison.

Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires. Jusqu’à de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients et avec eux, le retour funeste des voix du passé…

L’Avis de Christelle…

Si vous aimez les thrillers psychologiques, vous n’allez pas être déçus…

En effet, dès les premières lignes, nous entrons dans le vif du sujet. Sébastien voit une scène horrible se dérouler sous ses yeux… sa mère est au dessus de sa sœur un couteau à la main et du sang partout… et bien entendu cette phrase « Tu dois leur dire que c’est toi qui as fait ça, que c’est toi qui as donné le coup de couteau. Fais-le pour nous, Sébastien, fais-le pour maman ! »

Au long des différents chapitres, nous apprenons à connaître les principaux protagonistes : Sébastien, devenu médecin et père de deux petites filles; Claire, commissaire de police ayant elle-même un passé compliqué et Léa, fille de Sébastien âgée de 13 ans.

La narration se fait à la troisième personne exceptée pour Léa. C’est d’ailleurs pour moi un des points positif de ce thriller mais aussi un point négatif. En effet, pour une petite fille de 13ans, je trouve que son discours et ses réflexions sont parfois trop matures. Néanmoins, alterner ces trois personnages et points de vue au fil des chapitres donne du rythme au récit et permet également de comprendre le passé et ses conséquences sur le présent.

D’ailleurs, les flash back de la vie de Sébastien nous permettent d’en apprendre plus sur lui mais nous font également nous poser plusieurs questions et perdre nos certitudes face à toute cette histoire. Et quelle histoire ! Des morts suspectes au sein des patients de Sébastien. Que se passe-t-il réellement, et pourquoi cela fait ressortir en Sébastien ses démons du passé ?

Si vous voulez des réponses, je ne peux que vous conseiller de le lire ! Il se lit très rapidement, les chapitres sont courts et tiennent en haleine le lecteur. J’ai aimé être menée en bateau, piégée et manipulée tout au long de l’histoire mais également être surprise par les dernières pages de ce thriller.

MA NOTE…

★★★★☆

Publicités

Bonjour, c’est l’infirmière – Charline

Bonjour-c-est-l-infirmiereRésumé

Chaque matin, Charline réveille sa voiture et sa motivation pour se rendre chez ses patients. Elle a ses chouchous, comme ce couple de vieux qui se chamaille avec la tendresse d’un vieux couple, et il y a aussi des patients difficiles, comme cet homme alcoolique et violent face à qui elle s’est sentie si vulnérable. À chacun, elle prodigue ses soins et un peu plus. Un peu plus, c’est un cœur attentif, qui écoute sans compter son temps, même si ce n’est pas remboursé par la sécurité sociale. Voilà ce qui rend ce métier si exposé, si dur parfois, et surtout si précieux.
Franchissons avec elle les portes de ces maisons habitées par la maladie, la solitude, mais aussi la joie, l’espérance, l’humour (et toutes sortes d’animaux). Tendres, poignantes ou cocasses, ces histoires de patients racontent cette profession à laquelle nous confions ce que nous avons de plus intime, de plus fragile et de plus cher : nos malades.

L’Avis de Laetitia

Charline est une jeune infirmière libérale dynamique et n’ayant pas la langue dans sa poche. Par sa plume, nous découvrons son quotidien semé de difficultés, d’embûches parfois mais aussi de petits bonheurs comme la simple odeur d’un bon café préparé par une patiente…

Par le biais d’anecdotes, nous sourions parfois, sommes ému, souvent, choqué de temps en temps. Son quotidien est effectivement un véritable ascenseur émotionnel.

Il faut avoir une grande force pour vivre ce que nos infirmières vivent et beaucoup aimer son métier et les gens…

Quelle tristesse de voir à quel point leur engagement, leur dévotion même, pour leurs patients, ne soient pas + mis en valeur, par notre pays…

J’ai passé un beau moment de lecture et conseille ce livre qui se dévore très vite, à tous!

MA NOTE…

★★★★☆

La décision – Isabelle PANDAZOPOULOS

Sans titre

Résumé…

Un matin, Louise, excellente élève de terminale S, a un malaise en plein cours de maths. Quelques instants plus tard, elle accouche seule d’un enfant dont elle ne savait rien, qu’elle n’a pas attendu, encore moins désiré. Assaillie de questions, Louise, la jeune fille sans histoires, croit devenir folle. Pourtant l’évidence est là : ce bébé de 3,3 kg, son fils. Comment l’accepter ? Soutenue par sa famille, ses amis et les professionnels qui l’entourent, Louise va découvrir la vérité et réapprendre à vivre.

L’Avis de Laetitia…

Lorsque nous abordons ce roman, nous rencontrons Samuël, jeune étudiant et délégué de sa classe. Il est d’ailleurs en cours lorsque un évènement qui va marquer sa vie se produit. Louise, camarade, est prise de violentes douleurs au ventre et demande à sortir. Avec l’appui de Samuël, elle se dirige vers les toilettes et c’est derrière la porte, seule, qu’elle accouchera sans qu’elle n’ait su qu’elle était enceinte.

Pris de panique à la vue du sang passant en dessous du battant, le jeune homme appelle le personnel scolaire et les pompiers emmèneront la jeune femme. Le Directeur d’école cachera dans un premier temps à ses élèves l’état de la jeune femme et les raisons de son hospitalisation.

Dans les premiers chapitres de ce roman, ce sont d’abord les proches de Louise qui prennent la parole et tous sont unanimes: ils ne comprennent pas ce qui a pu se passer et n’ont rien vu venir. Déni des parents, découverte de la sexualité et de la maternité, incompréhension des camarades de la jeune fille, ces témoignages multiples permettent d’avoir un oeil sur les ressentis de chacun.

Elève de Terminal S, la jeune fille,brillante, était promise à un bel avenir.
Louise ne prend la parole que bien plus tard et lorsque nous prenons connaissance de son ressenti, nous ne pouvons qu’être bouleversée. Elle n’avait pas connaissance de son état, ne comprend pas comment cela a pu arrivé et surtout, elle ne souhaite pas s’occuper de cet enfant qu’elle n’a pas voulu.

Louise a fait un déni de grossesse.

Nous allons suivre son parcours à travers ses yeux et ceux de ses proches avec beaucoup d’émotion. Ici, pas de place pour les clichés, le ton est juste et la lecture addictive.

Que va devenir Louise? Que va t’il advenir de ce petit garçon, restant une bonne partie du roman sans prénom? Quelles décisions vont-être prises par cette jeune fille devenue mère trop tôt et dont l’avenir, qu’elle avait déjà préparé, se trouve chamboulé?

Ce livre aborde avec beaucoup de pudeur et de sensibilité ce sujet qui m’a interpellé, n’ayant que peu de connaissance sur le sujet, celui-ci semblant être tabou aux yeux de la société.

Ce roman choral dégage beaucoup de force et nous pose des vraies questions sur la maternité, sur l’instinct maternel (est-il instinctif justement?) et sur tous les changements que l’arrivée d’un enfant provoque.

J’ai été très touchée par ce roman et le conseille!

MA NOTE…

★★★★☆

Les jours sucrés – Loïc CLEMENT & Anne MONTEL

couv44027110

Résumé…

À 25 ans, Églantine apprend le décès de son père et part pour Klervi, le village breton de son enfance. Elle y retrouve sa vie d’avant, ses souvenirs et la pâtisserie paternelle (qui est désormais la sienne), mais aussi Gaël, son amoureux de l’époque, sa tante Marronde et tous les chats du village. Surtout, elle découvre le journal intime de son père. Il y a mis tous ses secrets de vie et de cuisine.

Un véritable guide pour Églantine. Et si c’était l’occasion d’un nouveau départ ?

L’Avis de Laetitia…

Eglantine est graphiste. Son quotidien se trouve chamboulé lorsqu’elle reçoit un appel d’un notaire lui indiquant qu’elle vient d’hériter de la boulangerie bretonne de son père, père qu’elle n’a que très peu connu.

Arrivée à Klervi, Eglantine se prend de plein fouet tous ses souvenirs refoulés depuis des années et qui la touchent bien plus qu’elle ne le pensait.

Elle retrouve sa tante Marronde qui ne parle pas, les chats du village qu’elle nourrissait petite et Gaël, son amoureux petite fille.

A travers un carnet de recettes laissé par son père, elle va retrouver entre ses lignes, entre ses mots, un peu, voire beaucoup, de l’homme qu’il était et découvrir certaines choses qu’elle ignorait.

Quelle décision va t’elle prendre, vendre ou rester?

Cette bande dessinée aborde des sujets tels que l’abandon, les secrets de famille ou les liens qui nouent les membres d’une même famille.

L’auteur nous offre des chapitres gourmands aux titres alléchants  » Opéra », « Madeleine »…contenant beaucoup de tendresse et d’amour. Cette bande dessinée se déguste comme une gourmandise, nous touche et nous pousse à la dernière planche sans aucune difficulté.

Les dessins sont tantôt drôles, tantôt bouleversants grâce au coup de crayon de Anne Montel.

J’ai passé un délicieux moment de lecture et le terme est vraiment adapté à cette histoire qui m’a pris aux tripes. Des personnages attachants, une ville bretonne pleine de charme et d’histoire, beaucoup de gourmandises, je ne pouvais qu’aimer.

Je conseille donc fortement cette lecture qui est un joli coup de coeur pour moi!

MA NOTE…

★★★★★

L’expérience Slow Life

Qu’est-ce que la « Slow Life » ?

Le mouvement Slow a été initié dans les années 80 en réponse à l’accélération globale. Il invite à ralentir en douceur pour apprécier les moments simples et prendre le temps de vivre. C’est une véritable philosophie de vie qui consiste à vivre en conscience, bien ancré dans le présent. La Slow life s’appuie sur les valeurs fondamentales que sont l’authenticité, le respect, l’amour, le partage, la nature.
La Slow life en quelques principes : Renouer avec la simplicité, Prendre du temps pour soi (écouter son corps, mieux se connaître), Donner du temps aux autres (profiter en famille, créer du lien social, participer à la vie de sa commune et autres), Se (re)connecter à la nature (mettre les mains dans la terre, intégrer des gestes éco-responsables, faire des activités en nature et autres), Eveiller ses sens, Développer sa créativité, Savourer le présent. (source : La Slow Life)

En quoi a consisté cette expérience ?
Krys : En rentrant de mes congés d’été, Laëtitia m’a offert un joli bocal rempli de petits papiers vert sur lesquels elle m’explique avoir écrit une phrase pour chaque jour. Pendant tout le mois de septembre, je devais donc lire la phrase du jour et la mettre en application.

D’où est venue cette idée ?
Laeti : J’avais découvert le concept à Nature et Découvertes. Il proposait un kit déjà tout fait. Je me suis dis « Pourquoi ne pas le concevoir moi-même?  » Je trouvais cette démarche plus personnelle et plus dédiée à mon Amie.

Comment as-tu trouvé ces 30 inspirations ?
Laëti : Il suffit de connaître son amie! Savoir ce qu’elle aime faire pour se relaxer, les coups de pouce dont elle a besoin pour se challenger et un peu d’imagination!

Comment se sont déroulés ces 30 jours d’expérience ?
Krys : Ouvrir tous les matins un petit papier et découvrir la « mission » du jour était un vrai plaisir. Lorsque je lisais la phrase, je voyais automatiquement le sourire malicieux et complice de ma Pipelette. Je ne savais jamais si cela allait être une action, une pensée positive ou une réflexion sur moi-même ou les autres.
Un jour, je devais prendre soin de moi et me faire par exemple un masque, un bon bain chaud, enfiler ma tenue préférée ou tester une nouvelle coiffure. Je pouvais également tomber sur des petites gourmandises telles que me préparer une infusion, me préparer un bon petit plat ou même en commander un. D’autres jours, je devais passer du temps en famille, me faire un resto ou m’acheter quelque chose qui me fait plaisir.
Et puis d’autres fois, je tombais sur des phrases comme « écoutes les oiseaux au réveil », « savoure l’instant » ou encore « prends 5 minutes et respire »… de simples actions que nous ne prenons plus le temps de réaliser pris dans le tourbillon du quotidien.
Mais venaient aussi les jours où Laëti me proposait de réfléchir et par exemple de pardonner à quelqu’un son erreur ou encore passer la journée à tout positiver. C’est parfois compliqué mais cela fait un bien fou !
Malheureusement, certains jours, je ne pouvais pas réaliser l’inspiration du jour parce que tout simplement d’autres programmes étaient déjà fixés.

thumbnail_IMG-20170901-WA0000

Quel bilan peux-tu faire de cette expérience ?
Laeti
: Il est important de prendre du temps pour soi et je sais que Christelle a un peu tendance à s’oublier pour penser aux autres! Alors je suis ravie que ce petit  » programme » lui ait fait du bien!

Krys : J’ai tout simplement ADORÉ cette expérience ! J’attaquais toujours ma journée de bonne humeur car la première chose que je faisais en me levant le matin, c’était lire ce petit bout de papier avec la date du jour ! Passer la journée à mettre en pratique ce qui m’était demandé ou encore penser à ce qui m’attendais le soir même était motivant pour moi. Le quotidien prend beaucoup de place et on oublie parfois de prendre du temps pour soi, pour les autres et de savourer le présent au lieu de penser toujours au passé ou au futur. Je remercie vraiment ma sœur d’avoir préparé cela pour moi. Son petit pot va rejoindre ma bibliothèque et d’ici quelques mois je pense réitérer cette expérience avec grand plaisir ❤

Pour une nuit d’amour – Emile ZOLA

Pour_une_nuit_d_amour
« Depuis six mois seulement, il se risquait à jouer, les croisées ouvertes.
Il ne savait que des airs anciens, lents et simples, des romances du siècle dernier, qui prenaient une tendresse infinie, lorsqu’il les bégayait avec la maladresse d’un élève plein d’émotion.
Dans les soirées tièdes, quand le quartier dormait, et que ce chant léger sortait de la grande pièce éclairée d’une bougie, on aurait dit une voix d’amour, tremblante et basse, qui confiait à la solitude et à la nuit ce qu’elle n’aurait jamais dit au plein jour. »

Résumé…

Chaque jour, Julien joue de la flûte pour la belle Thérèse de Marsanne qu’il aperçoit de sa fenêtre. Or la jeune fille ne le regarde pas et l’ignore malgré ses sérénades quotidiennes…jusqu’au soir où elle l’invite à la rejoindre dans sa chambre. Julien se précipite, mais est-il vraiment prêt à tout pour une nuit d’amour ?

L’avis de Laetitia…

La Quatrième de couverture m’avait tout de suite fait de l’œil…je ne sais pas pourquoi mais en ce moment, j’ai très envie de lire des romances.
Ce livre est une petite merveille d’écriture. Il nous fait voyager dans le temps avec délice.
Nous rencontrons Julien. Julien est un garçon solitaire, timide et peu attiré par la gente féminine. Sa routine lui convient bien et il s’épanouit par la musique.
Les moments où il joue de la flûte, à sa fenêtre, sont pour lui un moyen d’introspection: il se retrouve avec lui-même, tout en laissant échapper les notes de musique aux alentours.
Julien est fasciné par une bâtisse qui se trouve près de sa fenêtre.
Il s’agit d’un hôtel qui semble toujours plongé dans l’obscurité et sans vie apparente. Son imagination est débordante et il se laisse aller à la rêverie, supposant mille et une vies à cet établissement.
Un jour, sa routine est perturbée par une fenêtre allumée : une jeune fille apparaît dans l’embrasure de la fenêtre et si, au début, cette présence le gêne, il va finalement ressentir des émotions nouvelles en lui.
Julien tombe follement amoureux de Thérèse.
C’est un jeune homme passionné et que ne ferait-il pas, pour attirer l’attention de la jolie jeune fille, qui ne semble, pourtant, dans un premier temps, pas vouloir lui adresser un regard?
Le jour où, pourtant, elle l’appelle, il sent que sa vie va changer. Mais de quelle façon?
Je ne vous en dis pas plus!
Qu’il est agréable de lire un aussi beau texte, de se plonger dans une époque différente de la nôtre.
Même si les mœurs et les attitudes de l’époque étaient dictées par le « quand dira t’on »…
Le personnage de Julien est très charismatique. Dans les premières pages, nous avons un jeune homme timide, qui vit reclus comme un homme d’église, qui ne semble trouver d’épanouissement que dans sa solitude et dans la musique. Puis, au fil des pages, Julien prend de l’assurance et s’enhardit pour Thérèse.
Thérèse, elle, m’a mis, par moment mal à l’aise, car si d’apparence elle semble douce et délicate, derrière cette image de jeune fille de bonne famille, se cache en vérité un caractère bien trempé.
Si, au début, j’ai ressenti de la curiosité pour elle, j’ai très rapidement changé d’avis de par son instabilité de plus en plus évidente.
La lecture, courte, est très agréable. J’ai pris plaisir à relire un auteur symbolique de notre patrimoine littéraire. Les mots sont forts et puissants et je conseille fortement cette lecture.

MA NOTE…

★★★★★

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une – Raphaelle Giordano

Sans titre

« La capacité au bonheur se travaille, se muscle jour après jour. Il suffit de revoir son système de valeurs, de rééduquer le regard qu’on porte sur la vie et les événements. »

Résumé…

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps: elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves…

L’Avis de Laetitia…

Je voyais cet ouvrage partout: en tête des librairies, entre les mains de collègues, copines, inconnus, dans les magazines…

La couverture, plutôt colorée et ce titre, plus qu’évocateur, ont fini de me convaincre de me lancer à mon tour, dans sa lecture.

Nous rencontrons Camille, qui se trouve dans une situation bien embarrassante: sans réseau téléphonique, dans un coin perdu et sous une météo déplorable, elle tombe en panne. A pieds, elle décide de chercher du secours et sonne au portail de la première maison venue. C’est ainsi qu’elle rencontre Claude. Empathique et généreux, celui-ci apporte son aide à la jeune femme et la sentant en plein désarroi, lui tend alors sa carte de visite. Il est, en effet, routinologue.

Si le terme surprend d’emblée la jeune femme, il l’attire aussi beaucoup. Quelques temps plus tard, elle reprend contact avec Claude et tout deux vont échanger pendant plusieurs mois sur les différentes orientations que peut choisir Camille pour devenir ce qu’elle est vraiment et rendre sa vie plus pétillante.

Par le biais de mise en pratique, d’ateliers d’éveil et de conseils de vie sous forme de citations, nous découvrons par la plume de Raphaëlle Giordano des éléments pour sortir de sa routine et se challenger au quotidien pour exposer à la lumière le meilleur de nous-même.

Certainement parce que j’avais  beaucoup entendu parler de cet ouvrage, je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus profond. Clairement cet ouvrage est très romancé et n’est pas un livre de développement personnel pur comme nous pouvons en trouver communément. Je l’ai trouvé beaucoup plus léger. Je me suis évadée malgré tout et bien entendu, certains passages sont très inspirants et vous rappellent à certains basiques que l’on oublie parfois, lorsque nous sommes trop absorbés par le quotidien. Cette lecture, après une dure journée, remet les pieds sur Terre.

Je dois avouer, toutefois, que la fin du roman m’a paru totalement absurde et surréaliste. Quelle facilité, soudainement! Cela m’a décontenancé et m’a laissé un drôle de goût en refermant le livre!

Pour conclure, il ne transformera pas mon quotidien et il n’a malheureusement pas provoqué de déclic en moi. Certains passages m’ont inspiré, d’autres étaient complètement surréalistes à mon sens, certaines étapes survolées avec un peu trop de facilité par l’héroïne.

Je pense qu’il est bon de le découvrir et de se faire son propre avis car il s’agit d’une démarche très personnelle, que de vouloir se reprendre en main!

Ma note…

★★★☆☆